Plan détaillé - Camus - "L'Etranger" - incipit Agrandir l'image

Plan détaillé - Camus - "L'Etranger" - incipit

camus-etranger-incipit

Nouveau

Plan détaillé - Camus - "L'Etranger" - incipit + pistes pour l'oral

Plus de détails

998 Produits

1,50 €

Ajouter à ma liste

En savoir plus

Introduction

[amorce] Ce texte ouvreL'Étranger d'Albert Camus, paru en 1942. La première phrase : « Aujourd'hui, maman est morte » est un des incipit les plus connus de la littérature française. Mais il a surtout l'intérêt de nous faire rentrer d'emblée dans l'univers sans concession du philosophe-romancier. Car la pensée de Camus se caractérise par deux thèmes principaux: celui de l'absurde et celui de la révolte, c'est-à-dire la reconnaissance d'un monde sans sens, et la nécessité pour l'homme de s'opposer à cela et à ce qui voudrait en profiter (la religion, les préjugés sociaux, etc). Dans le roman, Meursault catalyse ce paradoxe et nous offre le paradigme de l'homme pris dans un engrenage.

(lecture du texte)

[problématique] Qu'est-ce que nous apprend cet incipit ?

[annonce du plan] Nous verrons tout d'abord qu'il s'agit d'un incipit déroutant, ce qui nous permettra de nous concentrer sur le personnage principal, moteur et intérêt du roman.

I – Un incipit déroutant

Volonté de Camus de bouleverser les codes traditionnels du roman.

A – Où ? Qui ? Quoi? Quand ?

Cet incipit répond-il à ce qu'on attend traditionnellement d'un incipit ?

Où ? → Algérie : Alger, Marengo : Algérie. Nous sommes donc en Afrique du Nord. Lieu de naissance de Camus, mais surtout territoire colonisé...

Quand ? → Traitement du temps : Pas de moments antérieurs à l'histoire, le passé est dans le flou. On n'a pas vraiment d'avant. « Aujourd'hui » → s'inscrit pleinement dans l'immédiat. De même qu'on n'a pas de passé, on n'a pas d'avenir. L'avenir va jusqu'à demain voire après-demain, il est extrêmement limité. On a le sentiment d'une quasi-simultanéité de la narration et de son contenu. Meursault raconte les faits les uns après les autres comme dans un journal (écriture blanche = sans effets visibles) → le récit est chronologique.

Qui ? Un narrateur qui n'a pas de nom, une identité à reconstituer (le lecteur mène une véritable enquête en lisant ce témoignage. Les adverbes de temps: « aujourd'hui », « hier », « demain », « après-demain », «pour le moment » situent la narration par rapport à Meursault.Le lecteur est plongé dans le présent du narrateur →Meursault n'a donc de recul, il est incapable de réflexion. Pas de retour sur ses sentiments, si ce n'est de manière superficielle : « Je n'aurais pas dû m'excuser ».

Mais nous avons aussi d'autres personnages : Céleste, Emmanuel → noms français en Algérie. Amis de Meursault.

Quoi ? → quel est le sujet du roman ? La mort de la mère ? Le meurtre ? Dans le cas du meurtre, cet incipit ne remplit pas sa fonction, ou à moitié et sans qu'on le sache. Puisque le point commun est la mort. Mais on sait que le vrai sujet du roman est l'évolution du personnage. Or, on a ici les principaux éléments qui nous permettent de dresser le portrait, non pas physique, mais psychologique de Meursault. Son physique n'a pas d'importance : il pourrait être n'importe qui, et quelque part, nous sommes tous Meursault. Meursault est notre mauvaise conscience.

(...)

Pour accéder à la suite, téléchargez le PDF.

Avis

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Plan détaillé - Camus - "L'Etranger" - incipit

Plan détaillé - Camus - "L'Etranger" - incipit

Plan détaillé - Camus - "L'Etranger" - incipit + pistes pour l'oral

Donnez votre avis